Combien coûte une plaque d’immatriculation en France ?

Le prix d’une plaque d’immatriculation en France dépend avant tout du matériau choisi et du type de plaques (anciennes plaques dites F.N.I ou nouvelles plaques dites S.I.V).

  • le prix moyen d’une plaque d’immatriculation F.N.I en aluminium est de 10€ TTC
  • le prix moyen d’une plaque d’immatriculation F.N.I en plastique est de 12€ TTC
  • le prix moyen d’une plaque d’immatriculation S.I.V en aluminium est de 15€ TTC
  • le prix moyen d’une plaque d’immatriculation S.I.V en plastique est de 20€ TTC

Le prix d’une plaque d’immatriculation en aluminium

Les plaques d’immatriculation en aluminium sont les plus économiques. Leur prix varie principalement selon le type de plaque choisie. En effet, les anciennes plaques d’immatriculation (F.N.I, antérieures à 2009) sont moins chères et coûtent en moyenne 10€ TTC l’unité. Les nouvelles plaques d’immatriculation (S.N.I, postérieures à 2009) coûtent quant à elles, en moyenne, 15€ TTC.

Le prix d’une plaque d’immatriculation en plastique

Les plaques d’immatriculation en plastique sont beaucoup plus esthétiques que les plaques en métal. Comme pour les plaques en alu, leur prix dépendra du type choisi : ancienne ou nouvelle plaque. En effet, les anciennes plaques F.N.I en plastiques vous coûteront en moyenne 12€ TTC. Les nouvelles plaques d’immatriculation (S.N.I, postérieures à 2009) coûtent, quant à elles et en moyenne, 20€ TTC.

Acheter ses plaques d’immatriculation en ligne ou en magasin ?

Les exemples de prix ci-dessus sont bien entendu susceptibles de varier selon le lieu de votre achat. En effet, les prix pratiqués sur internet seront généralement plus abordables qu’en magasin physique. N’hésitez pas à faire le tour des différents sites internet qui en proposent afin de trouver le prix le plus abordable.

N’oubliez pas non plus que la pose d’une plaque d’immatriculation a un coût (environs 5 à 10€). Mais rien ne vous empêche de monter vos plaques tout seul, notamment si vous êtes bricoleur.

Enfin, notez qu’à partir du 31 décembre 2020, les anciennes plaques d’immatriculation ne seront plus homologuées et ils vous sera nécessaire de les remplacer par des nouvelles plaques minéralogiques type S.I.V.

Comment mettre une carte grise au nom de deux personnes ?

Il est parfois utilise d’inscrire deux noms sur votre certification d’immatriculation

Tout véhicule doit être immatriculé. Aujourd’hui, il est possible de mettre une seule carte grise sous deux noms différents. Malgré les quelques démarches spécifiques à réaliser, cette option s’avère très intéressante pour ceux qui partagent un véhicule commun. Comment faire cela ? Quelles sont ces diverses démarches à suivre ?

Les différentes possibilités permettant la mise en place de deux noms sur une carte grise

On peut faire évoluer un certificat d’immatriculation en y indiquant les coordonnées d’un autre titulaire. La plupart du temps, cette démarche constitue un changement de propriétaire, ce qui exige le paiement de taxes complémentaires. En cas de mariage par exemple, un délai d’un mois est fourni après le mariage, si vous souhaitez ajouter le nom de votre femme ou votre mari sur votre carte grise.

En cas d’achat en leasing, la modification de la carte grise est soumise à des formalités particulières dont le précédent propriétaire sera en charge. Ce dernier devra vous communiquer les documents nécessaires à cet effet. Dans certains cas, il est possible d’effectuer cette opération en ligne ou par courrier.

Les étapes à suivre afin de réaliser une carte grise à deux noms

Vous souhaitez donc indiquer sur votre carte grise le nom d’un de vos proches ? Voici donc les différentes procédures qu’il faut soigneusement respecter en vue de réussir cette opération.

Il faut soumettre sa demande au service des cartes grises d’une préfecture ou une sous-préfecture. Il existe d’ailleurs plusieurs plateformes en ligne, qui se spécialisent dans le traitement de ces cartes grises. Les formalités à remplir pour l’ajout d’un autre nom sur le certificat d’immatriculation s’apparentent à celles d’une cession de véhicule, sauf bien sûr si vous changez de situation matrimoniale.

Pour l’ajout d’un simple concubin, il n’y aura aucune exonération de taxe. De plus, quelques documents seront à fournir. D’abord, un certificat  d’immatriculation barré avec la mention « vendu le » ou « cédé le », sans oublier la signature du propriétaire de la carte grise sont nécessaires. Ensuite, il faudra également se munir des pièces d’identité des deux noms, avec le justificatif de domicile du titulaire principal. Une attestation du contrôle technique pour les véhicules de plus de 4 ans est également indispensable.

Enfin, il faudra compléter les formulaires de demande d’immatriculation ainsi que de certificat de cession.

Comment poser soi-même ses plaques d’immatriculation ?

Vous venez d’obtenir une nouvelle plaque d’immatriculation pour votre nouvelle voiture ? ou celle de votre ancien véhicule s’est détachée ? Que ce soit dans l’un ou dans l’autre cas, il vous faut la poser. Généralement, la pose se fait chez un professionnel de l’auto. Toutefois, si vous disposez des bons outils, vous pouvez aussi le faire vous-même. Nous vous montrons comment faire dans les paragraphes qui suivent.

Quels outils utiliser pour poser ses plaques d’immatriculation ?

On n’a pas besoin d’être mécanicien ou bricoleur chevronné pour poser une plaque d’immatriculation. Ce qu’il nous faut, c’est tout simplement trois outils qui nous seront utiles pour la fixation. On parle notamment ici d’une perceuse avec une mèche de 5 mm, de 4 rivets et d’une pince à rivets. On n’a besoin d’aucune autre chose ! Ces trois là feront très bien l’affaire et on peut en trouver facilement dans les quincailleries ou les commerçants de pièces pour voiture.

Les étapes à suivre

Maintenant que vous avez tout l’équipement avec vous, vous pouvez directement passer à l’acte. La première chose à faire est bien sûr de retirer les anciennes plaques de la voiture. Pour ce faire, il ne vous suffit que de percer les plaques au niveau des rivets qui y sont déjà installés. Une fois tous les rivets retirés (et il faudra bien vérifier), la plaque se détachera et vous pouvez alors passer à l’installation de la nouvelle plaque. Ici, voici comment vous devez procéder :

  • Percez d’abord 2 trous de fixation sur votre nouvelle plaque d’immatriculation. Ici, vous n’aurez rien à craindre en ce qui concerne l’emplacement puisque toutes les plaques s’accompagnent déjà de repères où vous pouvez réaliser les trous.
  • Ensuite, il faudra faire des trous sur la voiture et pour cela, il vous faut mettre la plaque sur le châssis et à l’endroit où vous désirez la placer. Après, percez la plaque à droite et faites le nécessaire pour que le trou traverse la plaque et le châssis du véhicule.
  • Une fois les trous réalisés, il ne vous reste plus qu’à poser la plaque d’immatriculation sur le châssis et la fixer avec une pince à rivet et un rivet. Ici, il faudra appuyer assez fort de façon à ce que le rivet se casse et se fixe sur la plaque.

Après ces opérations, votre plaque d’immatriculation est désormais posée. Et pour finir, vous pouvez mettre un cache-rivet afin de soigner l’esthétique, mais ce n’est pas obligatoire.

Comment bien choisir sa plaque d’immatriculation auto ?

Après l’acquisition d’une nouvelle voiture, son immatriculation figure parmi les principales étapes à réaliser. En effet, le nouveau véhicule doit absolument être enregistré pour qu’on puisse facilement l’identifier à l’avenir. L’enregistrement peut se faire directement auprès de la préfecture. Toutefois, avec le nouveau système d’immatriculation des véhicules (SIV), les professionnels de l’auto habilités peuvent également effectuer les démarches. En ce qui concerne la plaque d’immatriculation, les automobilistes peuvent choisir eux-mêmes le département où ils souhaitent être affiliés et aussi le type de matériau pour leur plaque. Découvrez tout sur ce sujet dans cette rubrique.

Quel département choisir pour sa plaque d’immatriculation ?

Si la réforme de 2009 ne permet plus de choisir son numéro d’immatriculation, elle offre néanmoins aux automobilistes de choisir eux-mêmes le département où ils désirent que leur voiture soit immatriculée. En effet, la plaque d’immatriculation actuelle doit obligatoirement se composer d’un numéro de département et du logo de la région qui y correspond. Si vous aimez un numéro ou un logo en particulier, vous pouvez donc l’afficher librement sur votre plaque d’immatriculation. Vous pouvez choisir n’importe lequel département ou région même si vous n’y avez pas votre résidence principale. La seule catégorie de voitures qui échappe à cette règle et celle des véhicules de collection. Contrairement aux autres, ils peuvent ne pas avoir d’identifiant territorial sur leur plaque d’immatriculation, du moins pour le moment.

Quid du matériau ?

Outre le choix de la région et du département, le matériau constitue également un élément important à considérer dans le choix de sa plaque d’immatriculation. C’est en effet à partir de lui que l’on peut juger de la résistance et de la qualité de sa plaque. Ici, on a principalement le choix entre le plexiglas et l’aluminium. L’un et l’autre disposent de ses propres avantages et inconvénients. Toutefois, tout dépendra de ce dont vous avez besoin et de ce que vous recherchez. Si la plaque d’immatriculation en plexiglas est appréciée pour sa solidité et sa résistance aux aléas climatiques, la plaque d’immatriculation en aluminium est en revanche plus économique et plus écologique (100 % recyclable).

Immatriculation auto : vous pouvez désormais le faire auprès des professionnels auto

L’immatriculation est une étape essentielle à laquelle doit passer chaque nouvel acquéreur d’automobile. Comme vous le savez déjà certainement, il s’agit d’une opération consistant à enregistrer le véhicule et à attester son existence. Si une telle procédure devait nécessairement être réalisée auprès de la préfecture auparavant, cela n’est plus le cas maintenant. En effet, l’immatriculation auto peut désormais se faire auprès des professionnels de l’automobile. Ce qui présente bien évidemment de nombreux avantages pour les automobilistes et c’est précisément de cela que nous allons vous parler dans cette rubrique.

Une solution plus simple et plus rapide

Avec la nouvelle réforme entamée par l’Etat et le nouveau SIV, les professionnels de l’auto se sont vus attribuer de nouveau rôle. En plus de poser les plaques d’immatriculation, ils sont maintenant autorisés à procéder aux formalités administratives d’immatriculation d’une voiture. Le but est notamment ici d’alléger les démarches et d’offrir aux automobilistes une solution de proximité. Avec cette option, ils ne devront plus faire la queue dans les guichets de cartes grises ou les préfectures pour pouvoir immatriculer leur nouveau véhicule. Un simple passage dans un garage ou un autre professionnel de ce genre suffit.

Bien sûr, les avantages sont nombreux tout aussi bien pour les professionnels que pour les automobilistes. Pour ces derniers, les formalités et les démarches deviennent plus simples à faire. Aussi, ils n’auront plus à perdre trop de temps avec la longue file d’attente que l’on a tendance à observer dans les centres d’immatriculation traditionnels. Par ailleurs, il est bon de savoir qu’à part les services désormais proposés par les professionnels auto, il est également possible d’immatriculer son véhicule en ligne.

Des professionnels habilités par l’Etat

Si l’immatriculation auto peut dorénavant se faire auprès des professionnels de l’automobile, elle ne concerne toutefois pas n’importe quel établissement. En effet, seuls les professionnels habilités ont le droit de procéder à l’immatriculation. De par leur habilitation, ces derniers disposent d’un accès fichier central d’immatriculation. Plus encore, ils sont autorisés à percevoir des taxes qui seront ensuite versées au compte du Trésor public. Si cela permet aux automobilistes d’immatriculer leur voiture plus simplement et dans un délai plus court, ils devront néanmoins s’acquitter d’un coût légèrement élevé.

Immatriculation : les anciennes plaques prendront fin en 2020

Si votre véhicule s’équipe encore d’une ancienne plaque d’immatriculation, il est peut-être temps de la changer. En effet, les autorités qui sont en chargent de l’immatriculation ont décidé qu’elles ne seront plus valides à partir de 2020. Si vous faites partie de ceux qui n’ont pas encore changé les siennes, vous devez donc maintenant penser à vous conformer au nouveau système lancé en 2009. Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à lire les paragraphes qui suivent.

Ce qu’il faut savoir sur le nouveau système d’immatriculation

Le nouveau système d’immatriculation que l’on utilise aujourd’hui est entré en vigueur le 15 avril 2009 pour les voitures neuves et le 15 octobre de la même année pour voitures d’occasion immatriculées dans le cadre de l’ancien système d’immatriculation. Jusqu’ici, les deux se sont toujours superposés, mais cela ne sera plus le cas à partir de 2020. Si l’on se tient aux dires de la Fédération française des Véhicules d’Epoque, le nouveau système d’immatriculation régira à lui seul l’ensemble des véhicules immatriculés circulant en France. Ainsi, dans environ 3 ans, toutes les plaques d’immatriculation prendront la forme suivante : « AA-000-AA ». Et cela est valable tout aussi bien pour les voitures légères que pour les utilitaires, les poids lourds, les motos, etc.

Quelles conséquences pour cette décision ?

Si cette décision sert avant tout à uniformiser le système d’immatriculation pour tous les véhicules, elle ne constitue toutefois pas une bonne nouvelle pour tous les automobilistes. Pour les collectionneurs par exemple, ils seront obligés d’abandonner leurs anciennes plaques. Ce qui pourrait dévaluer leur auto puisqu’il ne sera plus facile de prouver l’ancienneté des voitures de collection. Il en est de même pour la disparition des numéros qui correspondent au modèle de véhicule. À partir de 2020, tout cela disparaîtra et les véhicules devront conserver leur numéro jusqu’à ce qu’on les détruit ou les exporte à l’étranger.

Comment immatriculer sa voiture en ligne ?

L’immatriculation est une démarche administrative que tous les acquéreurs d’une nouvelle voiture doivent réaliser. Elle consiste notamment en la demande d’une carte grise et l’enregistrement du nouveau véhicule dans le registre de la préfecture. Généralement, la réalisation d’une telle démarche doit se faire auprès de la préfecture. Toutefois, cela a changé et avec le nouveau système d’immatriculation (SIV), il est maintenant possible d’immatriculer sa voiture en ligne. Avec cette démarche, il n’est plus nécessaire de faire la queue auprès de la préfecture. Les formalités deviennent plus simples et plus rapides. Nous vous disons tout à ce sujet dans les paragraphes qui suivent.

Les démarches à faire pour immatriculer sa voiture en ligne

Comme évoqué plus haut, demander sa carte grise en ligne ouvre voie à de nombreux avantages. Outre le gain de temps que l’on peut profiter, les démarches à faire deviennent aussi moins lourdes. Cependant, il est bon de savoir que la demande doit se faire uniquement auprès d’un professionnel agréé et habilité. Il en existe de nombreux prestataires sur internet et il ne vous reste qu’à choisir celui qui vous convient. Les démarches ne sont pas toujours les mêmes, mais elles se fondent le plus souvent sur le même principe. En gros, voici ce que vous devez faire :

  • Dans un premier temps, vous serez amené à remplir un formulaire en ligne dans lequel vous devez donner toutes les informations relatives à votre nouveau véhicule.
  • Après l’enregistrement de vos données, vous devrez normalement recevoir un mail dans lequel est fournie la liste des documents dont vous avez besoin pour l’immatriculation.
  • Une fois que les documents nécessaires sont réunis, il vous faut les envoyer par courrier au prestataire.
  • Enfin, vous devriez recevoir votre nouvelle carte grise dans les prochains jours. Elle vous sera expédiée par courrier.

Le prix d’une carte grise en ligne

Comme vous avez pu voir, les démarches de demande d’une carte grise en ligne sont pratiquement simples. Ce qui ne constitue pour vous que des avantages. Mais qu’en est-il du prix ? Eh bien, il n’y a aucune crainte à faire à ce sujet. Les frais sont à peu près les mêmes que ceux que vous devez payer à la préfecture. Il faudra tout simplement ajouter la commission du prestataire et c’est ce dernier qui a généralement tendance à changer d’un professionnel à un autre.

Combien coûte le renouvellement immatriculation ?

Vous vous êtes fait voler votre certificat d’immatriculation ? Ou est-il tout simplement endommagé ? Que ce soit dans l’un ou dans l’autre cas, sachez qu’il vous faut le renouveler. En effet, partout où vous circulez avec votre véhicule, il vous faut toujours vous munir de votre carte grise. Les démarches de renouvellement ne sont pas aussi complexes que l’on a tendance à le penser. Toutefois, la plupart des automobilistes hésitent souvent à cause de ce que cela pourrait leur coûter. Mais quel est exactement le prix d’un renouvellement immatriculation ?

Et bien, le prix est extrêmement variable. Il dépend de plusieurs paramètres et c’est précisément de cela que nous allons vous détailler dans cette rubrique.

Pourquoi renouveler son immatriculation ?

Tel que nous l’avons évoqué plus haut, il existe plusieurs raisons pour lesquelles on doit renouveler son immatriculation. La première concerne généralement la perte de sa carte grise. Comme nous ne pouvons pas circuler sans la présence de ce document, il est important de le récupérer le plutôt possible. On doit donc entamer les démarches auprès de la préfecture et demander un renouvellement immatriculation.

L’autre cas, que nous avons déjà mentionné plus haut, concerne la détérioration du document. Au cas où votre carte grise serait endommagée, il faudra également le changer, et changement veut dire renouvellement. Bien sûr, on ne parle pas ici d’une petite déchirure ou quelque chose de ce genre. La détérioration doit être assez importante et doit nuire à la lisibilité du document et donc à son usage. Dans un tel cas, les démarches à adopter sont les mêmes que pour la perte du certificat d’immatriculation.

Enfin, un renouvellement immatriculation doit aussi intervenir en cas d’achat d’un nouveau véhicule. Comme vous allez être le nouveau propriétaire, il faut que les papiers soient à jour et que la voiture soit enregistrée à votre nom.

Le prix d’un renouvellement d’immatriculation

Comme nous l’avons évoqué en introduction, le prix d’un renouvellement immatriculation est très variable. Il varie avant tout en fonction du département dans lequel on se trouve, les taxes étant différentes d’une région à une autre. En effet, au total, le coût du renouvellement immatriculation n’est pas très loin de celui de l’acquisition d’une nouvelle carte grise. Les deux se calculent par l’addition de la taxe régionale, de la taxe pour le développement des actions de formation professionnelle (pour les camionnettes), de la taxe CO2 et malus écologique (si le véhicule est polluant) ainsi que de la taxe de gestion et redevance pour l’acheminement du titre.

Par ailleurs, comme nous l’avons dit plus haut, les démarches se font auprès de la préfecture. Toutefois, il est aussi possible de les faire au niveau d’un garagiste habilité ou d’un prestataire spécialisé en ligne.

Comment immatriculer une voiture d’occasion ?

Vous venez de faire l’acquisition d’une voiture d’occasion ? Félicitation ! Cependant, il ne faut pas attendre trop longtemps pour l’immatriculer. En effet, maintenant que vous en êtes le propriétaire, il est important que tous les documents qui lui sont associés soient à votre nom. Pour cela, vous avez un délai d’un mois après l’achat pour établir le certificat d’immatriculation. À noter que ce document est obligatoire et il vous le faut si vous désirez circuler en toute liberté avec votre nouvelle voiture. Voici les différentes démarches à suivre pour immatriculer une voiture d’occasion.

Faire une demande d’immatriculation

C’est la première chose que vous devez faire pour l’immatriculation de votre véhicule d’occasion. La demande doit être faite auprès de la préfecture du département de votre choix. Toutefois, il est aussi possible de le faire directement auprès de votre garagiste. Il suffit que celui-ci dispose d’une habilitation signée par la préfecture.

Par ailleurs, si vous n’avez pas le temps de suivre les files d’attente, il vous est possible de faire la demande d’immatriculation par courrier. Ce dernier doit être adressé à la préfecture. Cette méthode parait pratique et confortable. Toutefois, le délai peut prendre plus d’un mois dans certaines préfectures. Le mieux serait donc de s’informer à l’avance.

Enfin, si vous ne pouvez pas vous rendre à la préfecture vous-même, vous pouvez faire la demande par procuration. Et ici encore, tâchez de bien fournir tous les dossiers nécessaires à la personne mandatée. Aussi, il faut que cette dernière soit explicitement nommée et doit se munir d’une pièce d’identité en cours de validité. À défaut de tous ces éléments, la demande pourrait être refusée et vous serez obligé de la faire personnellement.

Les différentes pièces à fournir

Comme évoqué précédemment, il existe certaines pièces que vous devez réunir pour immatriculer une voiture d’occasion :

  • La déclaration de cession de la voiture: vous devez demander ce formulaire cerfa 13754 au vendeur. Il doit être bien rempli et aussi bien signé autant par le vendeur que par l’acheteur, c’est-à-dire vous.
  • L’ancienne carte grise: au moment où vous achetez le véhicule, ce document vous revient automatiquement de droit. Pour l’ancien modèle de carte grise « FNI », la mention « vendu le » ou « cédé le » doit être affichée sur la carte et elle doit s’accompagner de la date ainsi que de l’heure de la cession. En revanche, pour le nouveau modèle de certificat d’immatriculation « SIV », les coordonnées de l’acheteur et la signature du vendeur doivent également être de la partie.
  • Le certificat de non-gage: ce document certifie que la voiture achetée n’est pas soumise à un gage. Autrement dit, elle peut tout à fait être vendue sans que cela porte atteinte à personne. Le vendeur doit remettre ce certificat à l’acheteur au moment de la transaction.
  • Le procès verbal de contrôle technique : ce document atteste que le véhicule fonctionne correctement et ne contient aucun vice caché. L’attestation doit dater de moins de 6 mois ou de 2 mois en cas de contre-visite.

Le prix d’immatriculation d’une voiture d’occasion

Ce prix peut varier d’un département à un autre. Généralement, il se calcule à partir de la puissance fiscale, de l’âge de la voiture, de son énergie ainsi que de son taux d’émission de CO2.

Comment immatriculer son scooter ?

Vous utilisez un scooter pour vos divers déplacements au quotidien ? C’est une excellente idée ! Avec les embouteillages qui commencent à envahir nos rues, se déplacer en cyclomoteur reste en effet le meilleur moyen pour gagner du temps et demeurer plus productif. Toutefois, il existe certaines règles que vous devez avant tout savoir et respecter. Parmi les plus importants, on citera en premier lieu l’immatriculation. L’obligation de faire une carte grise pour les scooters et les grosses cylindrées est entrée en vigueur depuis le 1er avril 2011. Si vous n’êtes pas encore en règle, c’est donc le temps de procéder aux formalités d’immatriculation pour éviter les sanctions. Mais quelles sont les démarches à suivre dans ce cas ?

À qui s’adresser pour la demande de carte grise ?

Généralement, vous pouvez vous rendre chez la préfecture ou la sous-préfecture de votre choix pour immatriculer votre scooter. Toutefois, les formalités ont depuis peu été allégées. Désormais, vous pouvez aller directement chez un professionnel de l’automobile (garagiste, concessionnaire, etc.). Cependant, ces derniers doivent disposer d’une habilitation émanant du Ministère de l’Intérieur.

Par ailleurs, il vous est aussi possible d’envoyer tout simplement votre demande par courrier à destination de la préfecture ou de la sous-préfecture. Dans ce cas-ci, vous n’aurez plus besoin de perdre de temps à passer de porte-à-porte chez les fonctionnaires de l’État précité. D’ailleurs, pour vous faciliter encore plus la tâche, faites votre demande en ligne auprès d’un professionnel habilité par le Ministère de l’Intérieur.

Quels sont les documents nécessaires ?

Comme toutes les autres démarches administratives, la demande d’immatriculation pour scooter est soumise à certaines formalités. Pour commencer, il vous faut remplir un formulaire CERFA de demande de certificat d’immatriculation. Avec ce formulaire, vous devez fournir aux personnes responsables du dossier d’autres documents tels qu’un justificatif d’identité en cours de validité, un certificat de résidence récent en cours de validité, un certificat de cession ou encore une facture du vendeur et un règlement du prix de la carte grise.

Bien évidemment, ces documents ne sont pas difficiles à obtenir. Vous pourrez donc obtenir la carte grise de votre scooter rapidement. Tout dépend du professionnel à travers lequel vous avez effectué votre demande. En ce qui concerne le prix, il n’est pas fixe et varie d’une région à une autre et aussi d’un prestataire à un autre.