Toutes les étapes pour devenir chauffeur VTC

chauffeur vtc

Etre chauffeur VTC (Voiture de transport avec chauffeur), c’est un métier qui fait de plus en plus de passionnés. Pour le pratiquer, il va falloir suivre les règles. Notons en effet que cette activité est bel et bien encadrée par une loi nommée Thévenoud, promulguée au mois d’octobre 2014. Elle embarque plusieurs mesures à respecter par les diverses plateformes de chauffeur privé comme Uber, MarcelCab et LeCab. Désireux de tenter votre chance ? Voici les démarches qu’il faut suivre pour devenir vtc.

Se former, c’est primordial !

Personne ne peut devenir vtc sans avoir réussi un examen qui dure environ 3 heures et demi. Ce dernier comporte six épreuves concernant notamment les règles du transport, la gestion d’entreprise, la sécurité routière, la relation client ainsi que la compréhension de l’anglais et du français. Lors de cet examen, les candidats doivent effectuer des exercices sous forme de QCM.

Pour trouver les bonnes réponses et ne commettre aucune erreur, suivre une formation vtc est vivement conseillé. Certes, elle n’est pas obligatoire et elle peut être onéreuse. Toutefois, cette formation permet aux candidats de bien préparer l’examen et d’accroître leur taux de succès. Pour information, l’examen vient remplacer la formation obligatoire de 250 heures imposée aux futurs chauffeurs VTC avant le 1er janvier 2016. En réussissant les  épreuves, les candidats ont droit à une carte vtc qui leur permet d’exercer le métier en toute légalité.

Les démarches d’obtention de la carte VTC

Pour décrocher la carte vtc qui vous permet de circuler sur toutes les routes de France en toute quiétude, il faut déposer une demande écrite auprès du préfet du département de votre lieu de résidence. En général, le document est délivré dans un délai de 3 mois si toutes les conditions sont remplies. Il faut, entre autres, réussir à l’examen VTC. Puis, il faut disposer d’un certificat médical indiquant l’aptitude à la pratique du métier, d’un permis B daté de plus de 3 ans et d’une attestation pour avoir suivi une formation sur la prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC1) datée de moins de 2 ans. La préfecture va également vérifier que le candidat n’a pas encore commis des délits.

vtc

La demande de licence

Pour devenir vtc, il faut aussi avoir un statut juridique. Ainsi, après obtention de la carte professionnelle, vous devez fonder une société ou bien demander le statut d’auto-entrepreneur. Le choix entre ces deux structures vous revient. Le statut d’auto-entrepreneur offre de nombreux avantages au début, mais il présente des inconvénients lorsque l’activité prospère. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il vous oblige à respecter un plafond de chiffre d’affaires. La plupart des chauffeurs VTC misent souvent sur la création de SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle) de VTC.  Il faut préciser que sans un cadre juridique, un chauffeur ne peut pas obtenir une licence vtc vu qu’il ne sera pas enregistré au registre du commerce.

La demande d’une licence

Après avoir immatriculé votre société auprès du greffe du Tribunal de commerce, vous pouvez demander une licence vtc.  Ce document est délivré par le registre des VTC. Pour l’avoir, il faut faire l’inscription au site du Ministère des Transports en présentant quelques pièces comme une attestation d’assurance de la responsabilité civile professionnelle, un justificatif d’immatriculation de l’entreprise, une copie de la carte grise du véhicule, une copie de la carte vtc ainsi qu’un justificatif de la capacité financière. Notons que la licence est valable pour une durée de 5 ans.

Leave a Reply